À trois, on y va, aller, on souffle et coup et c’est parti !
Je préfère le dire tout de suite, cet article risque d’être totalement décousu.
Plusieurs semaines à penser au moindre petit détail, là, j’ai juste envie d’écrire, comme ça vient !

Je lance ma marque de patrons

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux ( facebook et/ou instagram), vous êtes déjà au courant. Ça fait un bon moment que je travaille en sous-marin, ce qui explique aussi mon absence ici. De toute façon, je n’ai absolument pas eu le temps de coudre autre chose que des prototypes et les versions finales de mon premier patron.
Initialement, j’avais prévu la sortie du patron pour le 14 juillet, j’ai donc 1 mois et 1 jour de retard, c’est le temps qu’il m’a fallu pour mettre en place les derniers « détails » comprendre par là, faire le site internet, rédiger le livret explicatif.
Je dois l’avouer, j’ai été bien naïve devant l’ampleur de la tâche. Non parce que le patron est bouclé depuis début juillet, et je pensais que le reste serait rapide à faire ! Haha, permettez moi d’en rire, de toute façon, il vaut mieux en rire.
Clairement, je pensais pouvoir rédiger le livret explicatif, les autres PDF, créer le site … en 1 semaine, oui, oui, vous avez bien lu ! Parfois je me prends pour une warrior !
Enfin, je pense que techniquement, ça aurait pu être possible, mais je n’aurais pas eu le résultat que je voulais. Parce que dans ma tête, c’était très clair, je savais exactement ce que je voulais !

Mon premier patron : Kosima

Aujourd’hui, c’est non sans une certaine émotion, que je vous dévoile mon premier patron.
Kosima, une blouse manches courtes, proposant 3 variantes de finitions pour l’encolure et 3 variantes de finitions pour les manches.
Kosima ?! Mais c’est quoi ce nom ? Kosima, ne devait pas s’appeler Kosima, au départ, je voulais l’appeler Maeva, dans la symbolique puisque signifiant « bienvenue » en polynésien. Mais, en tapant « Maeva patron couture » sur notre ami Google, je me suis aperçue qu’il y avait déjà deux patrons existants portant ce nom, et clairement, pour moi, il était impensable d’avoir un patron avec « un nom qui existe déjà »
Et puis, j’y avais beaucoup réfléchis, comment nommer mes patrons? Je ne voulais pas spécialement prendre de prénom au départ.
Mon pseudo, c’est Sophie Blossom, blossom (floraison en anglais) vient du fait que je sois née le 20 mars, donc le jour du printemps, donc les fleurs tout ça, tout ça ! Alors oui, j’ai pensé donner des noms de fleurs à mes patrons, mais, cet option est déjà prise par une marque de patron et clairement, loin de moi l’idée de copier de près ou de loin une marque qui existe déjà. Devenir créatrice, c’est avant tout respecter le travail des autres créatrices !
Après, j’ai pensé à donner des noms de quartiers parisiens, mais encore une fois, c’est déjà pris ( enfin, la créatrice utilise les noms des stations de métro ), et puis, de toute façon, si un jour je déménage ?
Je voulais quand même des noms qui soient symboliques pour moi, des noms qui représentent quelque chose. Et puis finalement, retour à l’essentiel ! Si mes patrons gratuits Bonnie et Laurel, s’appellent ainsi,  c’est en référence à des personnages de séries. Laurel pour Laurel dans « How to get away with murder » et Bonnie pour la même série mais, également dans « Vampire Diaries »
Je suis une fan de séries, les séries me transmettent des émotions et mine de rien, j’espère pouvoir à mon tour transmettre des émotions à travers mes patrons.
Je trouve également rigolo de vous faire deviner quel est le personnage de référence qui donne son nom.
Pour Kosima, c’est très simple, si vous connaissez la série, vous verrez directement le personnage, en revanche,  si vous n’avez jamais vu la série, ça sera un peu plus compliqué. Je n’en dis pas plus, ça sera comme un petit jeu sur les réseaux sociaux. Sachez juste, que ça se dit « Kossima » et non pas « Kozima »

Sophie Blossom vs Sophie Denys

La première question que je me suis posée, séparer ou non le blog et la marque. Ma réponse est oui ! Pour être honnête, je ne suis pas la première personne qui a et un blog personnel et une marque. Certaines ont choisi de séparer, d’autres ont choisi d’avoir juste un onglet sur leur blog.
Il était en fait, inconcevable pour moi de ne pas séparer et ce, pour plusieurs raisons !
Premièrement, le « conflit d’intérêt » alors, c’est un peu fort comme propos, mais je ne sais pas l’exprimer autrement (instant quiche bonjour). Sur le blog, comme sur les réseaux sociaux, j’ai un certain ton, sans dire que je ne réfléchis pas quand je parle, je dis ce que je pense, comme je le pense, sans contraintes. À mes yeux, une marque se doit à l’inverse, d’avoir une attitude plus raisonnée, une attitude plus professionnelle en fait ! Si par exemple, j’adore partager des photos de Marty (mon chat) sur instagram, clairement sur le compte de la marque, je ne le ferai pas. Et, au delà du ton, mon blog est vraiment personnel, je trouve ça vraiment bizarre de présenter des patrons d’autres marques et en même temps, proposer ses propres patrons à la vente. Alors bien sûr, pour beaucoup de lecteurs/clients, le fait de ne pas séparer, ne posera aucun problème. Pour ma part, je suis un peu (beaucoup?!) psychorigide sur certains points et là pour le coup, je voulais que chaque chose soit à sa place ! Et de ce fait, je vais pouvoir continuer à utiliser ce blog, sans rien changer.
Deuxièmement, le nom, je peux vous avouer un truc ? Bah oui … c’est mon blog perso, je peux tout dire (hihihi). Sophie Blossom, je n’aime pas, enfin, je n’aime plus, je trouve ça kitsch,  clairement,  le jour où j’ai trouvais ce nom, je n’avais pas la lumière au bon étage ! Mais bon, voilà, c’est mon pseudo, je le garde. Pour le nom de ma marque, je suis allée au plus simple : Sophie Denys, Denys étant mon vrai nom de famille ! Si j’ai choisi de prendre ma « vraie identité » comme nom, c’est d’un côté parce que ma marque, vraiment, c’est mon bébé, et d’autre part pour des raisons très personnelles, que je ne préfère pas, par pudeur, évoquer ici, mais bref, encore une fois, on est dans la symbolique de ce que représente les choses, les mots. Oui, oui, je suis très « symbolique » comme personne !
Et enfin, je pars du principe qu’une personne peut très bien être intéressée par mon blog mais pas par ma marque, et vice versa ! Là au moins, chacun sera libre d’aller où bon lui semble.
Par contre, je voulais quand même faire un clin d’œil, faire un lien entre les deux. Toujours en rapport avec Blossom, donc toujours les fleurs, tout ça, tout ça (bis), j’ai incorporé des fleurs, sur le site de la marque, mais aussi sur la mise en page du livret. Voilà, petit détail discret mais, qui a toute son importance pour moi !

L’identité visuelle

C’est peut être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup (ça veut dire qu’il était libre, heureux d’être là malgré tout … oups, je m’égare !)
Je voulais absolument une belle image, que ça soit au niveau du logo, au niveau du site, au niveau des PDF et au niveau des photos.

  • Le logo


Je ne suis pas graphiste, faute de moyens, j’ai décidé de tout faire seule, y compris le logo de la marque. Je savais que je voulais un logo sobre, sans visuels, enfin, j’ai bien essayé d’y incorporer une fleur, mais quoi que je fasse, je trouvais ça kitsch, j’aime les logos sobres et épurés.  J’avais fait d’autres tests, mais il y avait toujours un petit détail qui me faisait faire la grimace, par exemple, pour un des logos, je ne comprenais pas, en soi, je le trouvais beau mais, sans trop savoir pourquoi, je trouvais qu’il ne me représentait pas ou en tout cas mal. Et puis, d’un coup, ça m’a sauté aux yeux, le logo me faisait penser à un logo de maison d’édition, donc pas trop mon objectif premier !
Il m’a fallu trois essais avant de faire le logo actuel, et je l’aime beaucoup, en même temps, si ce n’était pas le cas, ça ne serait pas mon choix final !
Je vous disais au départ que je pensais pouvoir tout boucler sur 1 semaine.
Il m’a fallu 3 jours pour faire ce logo, entre les recherches de style, la recherche de la typographie parfaite et la création en elle-même.
Je pense que ça annonce plutôt bien la couleur, vous vous doutez bien que si rien que le logo m’a pris 3 jours, forcément le reste …. Mais, globalement, mon objectif n’était pas d’être speedy gonzales, mon objectif était d’aller au bout de mes limites, de me rapprocher au plus de ma vision de la perfection. J’imagine que ça peut paraître pédant dit comme ça mais, j’ai un principe : On fait les choses bien ou, on ne les fait pas !

  • Le site

Si je ne suis pas graphiste, je ne suis pas non plus codeuse web. Pour l’anecdote, j’ai créé mon premier site vers l’âge de 12 ans. C’était une « écurie virtuelle », en gros, le concept, c’est de simuler l’activité d’un centre équestre. Le site servait à présenter « mes » chevaux, « mon » centre équestre … et parallèlement, il y avait un forum sur lesquels les membres expliquaient leurs activités. Bref, c’était une sorte de RPG. Ensuite, j’ai eu un site de graphisme, parce qu’à l’époque, ce n’était pas tant tenir un site qui me plaisait, c’était de le construire. Donc je construisais plusieurs sites que je mettais en libre téléchargement, il y avait aussi des avatars à télécharger ( pour … MSN haha, ça ne nous rajeunit pas ). Bref, le net et moi, c’est une grande histoire d’amour et ce depuis bien longtemps.
Si le codage de ces sites était très facile parce qu’en HTML, j’ai par la suite découvert WordPress et donc le PHP. Encore une fois, j’ai appris, passant donc du HTML au PHP. J’ai eu des blogs perso quand j’étais plus jeune, et mes blogs wordpress étaient entièrement codés par mes soins.
Sauf que l’internet d’il y a quelques années, n’est pas l’internet d’aujourd’hui. Aujourd’hui, les sites sont de plus en plus complets et donc leur code de plus en plus complexe.
Si pour un blog ou un site personnel, ça ne me gêne pas d’avoir des petites erreurs au niveau du code, pour un site professionnel et notamment un site marchand, c’est de la pure folie.
Donc, j’ai acheté un thème que l’on appelle « premium », un thème spécialement codé et pensé pour une boutique en ligne. Encore une fois, il a fallu plusieurs jours de recherche pour trouver LE thème wordpress se rapprochant au mieux de ce que j’avais en tête.
L’avantage du thème tout fait est qu’il permet d’avoir une excellente structure de base. Mes modifications ont surtout été sur l’aspect esthétique, même si j’ai quand même dû apporter des mini modifications dans le code pour régler certains détails.
Bref, ce site m’aura coûté pas mal de nuits blanches, mais je suis tellement heureuse du résultat, ce n’est pas parfait, ce n’est jamais parfait, mais, je suis très fière du résultat, au diable la fausse modestie, quand on est fier du travail effectué, il faut savoir le dire !

  • Les PDF


Si les PDF fournis avec chaque patron, ont avant tout un rôle informatif et explicatif, il me paraissait essentiel qu’ils soient également, visuellement agréable. Mes patrons étant uniquement au format PDF, en tout cas pour le moment, j’ai vraiment pu « m’amuser » sur la mise en page et l’aspect esthétique général.
Je me dis qu’on est tous plus ou moins sensible à l’esthétisme. Bien sûr, ce que l’on veut avant tout, c’est un livret explicatif clair et complet, mais si en plus ça peut être beau, c’est mieux non ?

Et le contenu ?

Le contenant, c’est bien, mais l’essentiel reste tout de même le contenu.

  • Le patron

Avant même de commencer le patron, je suis passée par une grosse phase d’apprentissage. Concrètement, ça va bientôt faire 1 an que je me suis lancée dans l’apprentissage du patronage, c’est d’ailleurs en grande partie cette découverte du patronage qui me donne envie aujourd’hui de créer ma propre marque, j’aime tellement ça, le patronage, c’est grisant. On en apprend tous les jours, c’est fantastique.
J’ai étudié quasi toutes les méthodes de patronage disponibles sur le marché : Gilewska, Chiappetta, Esmod, DP Studio, Line Jaque. Toutes ces méthodes réunis m’ont permis de créer ma propre façon de patronner. Attention, je ne suis pas en train de prétendre avoir inventé l’eau chaude hein, mais clairement, chaque méthode a ses forces et ses faiblesses, alors on essaie de mettre les faiblesses de côté et, on se focalise sur les forces.
C’est d’ailleurs prévu, que je vous fasse un article comparatif sur les différentes méthodes de patronage. J’ai juste mis le blog entre parenthèse afin de me focaliser à 100% sur la création de la marque.
Ensuite, au delà du patronage en lui même, il y a l’utilisation du logiciel Valentina. J’utilise toujours ce logiciel pour créer mes patrons. J’ai poursuivi mon apprentissage, encore et encore, et de toute façon, j’ai bien l’intention d’apprendre encore. Mais la maîtrise du logiciel était primordiale. Vous voyez les erreurs sur la blouse à volants et sur Laurel et bien, c’est surtout dû à une mauvaise utilisation du logiciel. J’ai d’ailleurs repatronné  ces deux patrons, mais pas encore eu le temps de finaliser le tout et donc de publier les versions 2. Mais pas de panique, c’est vraiment prévu au programme, je m’excuse si ça vous paraît long, mais vraiment ces derniers temps, j’ai dû prioriser et, c’est la marque qui est passée avant tout, devant absolument tout, y compris ma vie sociale et mon sommeil ! Il faut savoir se donner les moyens de ses ambitions non ? Et je l’espère, ces « sacrifices » ne seront pas vains !
Une énorme différence entre les patrons gratuits et les patrons de ma marque : les tests !
Kosima a bien entendu été testée par un panel de testeuses, testeuses que je remercie du fond du cœur pour leur rigueur et leur retour.
D’ailleurs, j’avais très très envie de proposer des patrons qui aillent au delà du 46.
Pour l’anecdote (bis), j’ai également un physique qui me joue des tours dans les magasins, ça ne se passe pas au niveau des vêtements, mais au niveau des chaussures ! J’ai les pieds carrés, ce qui signifie que mes orteils sont tous à la même hauteur, j’ai donc les pieds larges. Le pied de référence pour les chaussures,  c’est le pied égyptien puisqu’il est représenté à 49% dans la population. Le pied carré étant représenté lui à 11%, autant le dire, tout le monde s’en fout royalement. Sauf que voilà, c’est difficile de se chausser, difficile parce que la plupart des chaussures me compriment les pieds. Si en hiver, ça va, j’arrive à trouver facilement des chaussures larges, en été, c’est très compliqué. Donc, qu’on se le dise, je sais exactement ce que ça fait, de rentrer dans un magasin et de savoir qu’aucun modèle ne m’est destiné. Alors comme pour les grandes tailles, il existe bien des marques spécialisées mais bon, pour le style, on repassera. Ça va peut être vous sembler fort, mais la dernière fois que j’ai acheté des sandales (il y a 3 ans, c’est dire), j’avais envie de pleurer, j’ai dû faire une dizaine de boutiques, craquer sur un nombre incalculable de modèles, oui mais aucun, absolument aucun ne m’allait. j’ai fini par acheter une paire de sandale chez « Mephisto », ça me va, mais bon niveau style, j’ai pris ce qui me paraissait le moins moche !
Donc bref, tout ça pour dire que oui, ça me paraît important de proposer des patrons au delà du 46. Alors ça, c’est sur le principe, après il y a la pratique. Je m’étais dis que les tests des grandes tailles seraient quittes ou doubles. Et, les tests ont été concluants, la théorie a rejoint la pratique. Même que pour être sûre, j’ai fait appel à 3 testeuses différentes pour la taille 50 !
La rigueur a été mon maître mot pour le patronage de mes patrons. 
Sans oublier le 32, que j’estime être LA taille mal aimée. Autant, le débat fait rage sur les grandes tailles, autant, tout le monde s’en fout royalement du 32 ! Encore une fois, le test de cette taille a été concluant.
Mes patrons sont donc disponibles de la taille 32 à la taille 56.
Mais, on a tendance à penser le corps en largeur, sauf qu’il évolue aussi en hauteur. Tout le monde ne fait pas 1m68. C’est pourquoi, au delà d’un large panel de tailles, j’ai eu envie de proposer les patrons en 3 statures différentes : 160, 168 et 176. Quand on est plus grande ou plus petite que la taille standard, il faut avoir conscience qu’on est proportionnellement plus petite ou plus grande. 
L’idée pour moi, n’est pas pas de proposer LE patron ultime, celui sans retouches à faire, mais de proposer des patrons qui limitent au maximum les retouches. On a tous un corps différent, avec des proportions différentes ce qui entraîne forcément des retouches puisqu’un patron, par défaut est un standard.
L’intérêt de la stature à mes yeux, se joue surtout au niveau de la poitrine. Si allonger ou raccourcir un patron ne fait pas peur, déplacer une pince poitrine peut en revanche freiner. Oui mais voila, quand on est petite, la pince poitrine est souvent trop basse et à l’inverse, quand on est grande, la pince poitrine est souvent trop haute. C’est normal puisque les patrons sont fait pour une stature moyenne de 1m68.
Alors certes, proposer 3 statures différentes augmente considérablement mon temps de travail mais, vraiment, je pense que ça en vaut le coup et, j’espère de tout cœur que ce sera apprécié.
Par exemple, sur Kosima, la stature a un impact sur la longueur de la blouse mais aussi sur la profondeur de la goutte. En effet, la profondeur de la goutte est pensée en fonction de la poitrine.

  • Les PDF

Pour les PDF, je voulais que ça soit le plus complet possible, je crois que c’est l’étape qui me faisait le plus peur, notamment parce que j’ai dû tout apprendre. Je ne savais pas faire de dessins techniques, alors j’ai appris. Bon, j’adore apprendre, je trouve que l’apprentissage est un excellent moteur dans la vie.
Concernant le livret, je voulais vraiment qu’il soit complet (oui je me répète mais, vraiment, c’est important pour moi !), je savais exactement ce que je voulais mettre à l’intérieur, ça m’a donc pris beaucoup de temps. Bon, il faut le dire, la mise en page seule est chronophage mais maintenant que j’ai mon « fichier de base », je serai légèrement plus rapide pour les patrons suivants.
Encore une fois, je voulais profiter du côté « virtuel » du fichier pour lui inclure une fonction sympa : l’index. Par exemple, le livret contient un petit lexique, si en cours de route, vous butez sur un mot, vous pouvez directement atteindre le lexique via l’index, ça vous évite de devoir scroller. Et, une fois que vous avez trouvé votre définition, vous retournez facilement là où vous étiez, toujours grâce à l’index. Alors oui, c’est un détail, mais, c’est le genre de détails auxquels je suis sensible.
Pour vous donner un ordre d’idée, le livret de Kosima fait 26 pages. Les étapes sont très détaillées et, accompagnées de schémas.

Mais, il n’y a pas que le livret !


L’idée pour moi, c’est que toutes vos questions trouvent réponse dans les fichiers PDF inclus avec le patron.
Toujours dans l’idée du détail, le patron est accompagné d’une petit fiche technique à imprimer. Pour les personnes qui rangent leurs patrons dans des pochettes ou des enveloppes, j’espère que ce petit détail plaira.

Et le reste …

Il y a encore des choses que je souhaite améliorer, pas sur le fond, plus sur la forme.

  1. Les Photos ! Élément très important, les photos c’est ce qui représente la finalité du modèle. Je ne suis pas photographe et surtout, je n’ai pas l’équipement dont je rêve. Pour faire les photos de Kosima, j’ai utilisé le système D : Un coupon de tissu accroché sur la tringle des rideaux de mon salon, en guise de fond. J’espère pouvoir rapidement investir dans un stand photo et, dans de grands coupons de tissu pour faire les fonds, sachant qu’il me faut la laize la plus grande possible.
  2. La langue. Je prévois de traduire mon site et mes patrons en anglais, le seul hic, à l’heure actuelle, c’est que traduire un site marchand nécessite un plugin particulier et que ce dernier n’est pas gratuit, j’attends donc d’avoir les fonds pour m’acheter ce plugin … et, ça sera parti pour des heures et des heures de traductions, je vais adorer cette étape (de l’ironie ? où ça, où ça ?)
  3. La vidéo ! Vous vous doutez bien que si j’accompagne mes patrons gratuits de vidéos, j’ai l’intention de le faire également pour mes patrons payants. La vidéo, c’est mon point faible, j’ai beau m’informer, je n’arrive pas à mettre en pratique ce que j’apprends, je trouve mes vidéos de mauvaises qualité. Hier, j’ai justement reçu un petit colis, qui je l’espère va pouvoir me permettre d’avoir une meilleure qualité, j’espère ! (et non, n’étant pas crésus, ce n’est pas une nouvelle caméra)

Vous êtes arrivez jusqu’ici ? Whao, je suis impressionnée, je ne pensais pas écrire un tel pavé,  le pire, c’est que je n’ai pas fini haha! On va donc faire un petit jeu! Si vous êtes ici, je ne doute pas que vous irez jusqu’au bout de l’article, alors, si vous lisez ceci, laissez moi un commentaire en y incorporant « Petite fleur sauvage », comme ça, je verrais les plus courageux d’entre vous !!

Ça se passe où ?

C’est bien beau de parler, mais, j’en oublierais presque de vous donner l’adresse du site !

www.sophiedenys.com

Vos questions

Sur instagram, je vous avais dit que je prévoyais d’écrire cet article et que par conséquent, vous pouviez me poser vos questions, si vous en aviez ! Et comme, vous m’avez posé des questions, et bien voilà les réponses ! Alors, ce n’est pas ordonné, je prend dans l’ordre d’arrivée des questions !

Vêtements et/ou accessoires ?

Vêtements !! L’accessoire est un monde à part. Alors, il ne faut jamais dire jamais, mais clairement aujourd’hui, je n’y connais rien en accessoires donc, vêtements.

Ça sera jusqu’à quelle taille ?

Du coup, si vous avez lu l’article, vous savez : du 32 au 56.

Comment as-tu appris le patronage ?

En autodidacte, avec des livres et tous les tutoriels que j’ai pu trouver sur le sujet. Je sais que certaines personnes critiquent le fait que certaines créatrices ne sont pas modélistes de formation. Ces personnes qui critiquent sont elles-mêmes créatrices de patrons et elles-mêmes issues d’une formation de modéliste (ceci expliquant cela). Personnellement, je pense qu’on peut très bien se former en autodidacte et ce dans de nombreux domaines. Alors certes, ça demande beaucoup d’engagement personnel mais, ce n’est pas impossible. D’ailleurs, j’ai tout appris en autodidacte, la photo, le codage, l’utilisation des logiciels ….
D’ailleurs, la marque que je considère comme étant la marque numéro 1 en France, n’a pas été créée par une modéliste de métier !

Quel logiciel utilises-tu ?

Alors, je n’utilise pas un seul logiciel, mais plusieurs :
Pour le patronage, j’utilise Valentina, qui est un logiciel gratuit.Pour la retouche photo, j’utilise Adobe Lightroom, pour le montage vidéo, j’utilise Adobe Premiere Pro, pour le codage, j’utilise NotePad++, pour la mise en page des planches de patrons, la mise en page des PDF, la création des schémas techniques, j’utilise Adobe Illustrator. Pour la mise en page (bis) des PDF, j’utilise Adobe Acrobat DC. Pour la création de certains visuels, j’utilise Adobe Photoshop.
Je pense avoir fait le tour, j’utilise donc pas mal de logiciels !

Ce seront des patronages à imprimer soi-même ?

Oui, ce sont des patrons PDF donc, à imprimer soi-même. Vous pourrez aussi les faire imprimer par un imprimeur puisqu’un fichier A0 est inclus.

Ce seront des patronages multitailles ? Ou un patronage à la taille ?

Du multitailles, si le patronage à la taille a ses avantages, il ne permet pas de tracer des tailles de compromis donc, rend les retouches plus compliquées. Par contre, chaque planche intègre un système de calque, on peut donc choisir entre imprimer une, plusieurs ou toutes les tailles.

Fais-tu toi même la gradation ?

Je suis seule à bord dans ce projet, je fais donc tout toute seule. Pour la gradation, j’ai cependant envie de dire oui et non, car c’est une option proposé par le logiciel, même si, je ne traite pas toutes les tailles de la même façon.

Sous quel statut juridique es-tu ?

Je suis autoentrepreneuse. J’ai choisi ce statut pour les nombreux avantages qu’ils proposent. C’est un statut qui, je trouve, permet de mettre le pied à l’étrier, sans trop prendre de risque. En effet, avec ce statut, on ne paie des charges que si on a des rentrées d’argent. Si je vends 0 patrons, je ne serais pas taxée. Il y a juste une taxe à payer, une taxe annuelle mais, elle ne se paie qu’à partir de la deuxième année. Pareil, il est obligatoire d’avoir un compte bancaire dédié mais, uniquement à partir de la deuxième année ( = ce n’est pas obligatoire la première année).
Le gros désavantage de ce statut, c’est la TVA, un autoentrepreneur ne taxe pas la TVA mais, ça veut dire aussi qu’il ne la récupère pas. Pour une entreprise classique, on achète TTC mais, l’état nous rend la TVA, donc au final, on achète HT et forcément, on reverse la TVA sur ce que l’on gagne.
Au delà de la TVA, le statut autoentrepreneur n’est pas à frais réels, donc vous ne pouvez déduire aucun frais de votre chiffre d’affaires. En fait, selon le type d’activité, l’état prévoit un abattement fixe. Tout comme la TVA, ça peut être très gênant selon la nature de l’activité.
Avantage par contre, la comptabilité est très simplifiée, clairement, c’est du temps de gagné !!

Souhaites-tu ou penses-tu pouvoir en faire ton activité principale ?

Sur le long terme, oui, clairement, c’est le but. Pour autant, il faut être réaliste, c’est un graal qui va être long à atteindre, si toutefois, j’arrive à l’atteindre.
Après, c’est aussi un projet de vie. Je n’ai pas pour but de devenir riche (bon, si ça arrive, je ne serais absolument pas contre haha), juste de faire un travail qui me plaît à 100%, qui me donne envie de me lever chaque matin avec le sourire. Si ça nécessite de diminuer mes revenus, clairement, je suis prête !

Proposeras-tu des explications vidéo en plus, sur certains points techniques ?

Alors, je prévois de faire des vidéos pour accompagner le livret explicatif, une vidéo pour chaque patron. Par contre, mes ambitions vis à vis de youtube sont toujours actuelles, et oui, faire des vidéos sur points techniques, ça me plaît, d’ailleurs, points techniques pas forcément en lien avec les patrons, mais plutôt sur des points que je trouve intéressants, c’est d’ailleurs pour ça que j’avais fait les vidéos sur valentina, sur la sous-piqûre ou encore sur comment surjeter sans surjeteuse.
Cependant, je me dois d’être réaliste, je suis seule, mes journées ne font que 24h et clairement, je ne peux pas faire tout ce que j’ai envie de faire. Si ces derniers temps, j’ai consacré 100% de mon temps à la marque, j’espère, dans les mois qui viennent, trouver le rythme pour concilier blog/youtube/marque.

Quel statut juridique as-tu choisi ? Est-ce que tu t’es fait conseiller ?

Alors du coup, j’ai déjà répondu à la première partie, donc je complète juste pour la deuxième. Pour cette création, non, je n’ai pas été conseillé. Internet regorge d’informations sur les différents statuts juridiques. Mais, ce n’est pas la première fois que je tente d’entreprendre ! Il y a 3 ans, j’ai voulu ouvrir un Coffee Shop (= salon de café hein, pas la version Amsterdam), là c’était un projet nettement plus gros, plus gros dans le sens où l’investissement n’est pas le même et le travail non plus, et pour le coup, j’avais suivi une formation à la BGE, une formation d’un mois, dans laquelle on apprend les différents statuts, la comptabilité … L’avantage, c’est surtout le suivi, mon conseiller m’avait beaucoup épaulé et, il m’avait bien aidé à y voir plus clair sur certains points. Etre conseillé, c’est aussi bien utile pour prendre connaissance de certaines aides (subventions, crédit à taux zéro) mises en place soit par l’état, soit par votre région.
Bon, la création de ce coffee shop n’a pas abouti, puisque la banque a refusé mon crédit, même si j’étais garantie à 70% via un organisme. Ce refus bancaire, je l’ai toujours en travers de la gorge, pour créer ma marque, je n’ai donc pas fait appel aux banques, même si du coup, j’attend des rentrées d’argent pour pouvoir faire certains investissement, bref parenthèse 3615 ma vie (oui, j’ai connu le minitel) fermée.
Alors se faire aider ou pas, je pense que ça dépend vraiment de nos connaissances, mais pas que. Globalement, si vous êtes quelqu’un qui a besoin d’être épaulé que ça soit via des connaissances ou un soutien psychologique, oui, clairement, faites-vous aider.

Que penses-tu apporter de nouveau dans le monde des créatrices de patrons ?

Je me suis beaucoup posée cette question et, je vais peut-être vous choquer mais, ma réponse est : Rien !
En fait, je me dis que, c’est apporter un choix supplémentaire. Je suis persuadée que le style que je proposerais aura et ses adeptes et ses détracteurs, c’est normal, tous les goûts sont dans la nature.
En revanche, j’espère que le soin que j’apporte à mon travail, que le panel des tailles proposé seront appréciés !
Et sinon, la stature, ça peut être un plus, à ma connaissance, il me semble être la seule créatrice indépendante à le proposer.

Comment t’inspires-tu pour tes modèles ? 

Ma réponse va paraître énormément cliché, mais, pour autant, c’est tellement vrai. Mon inspiration vient de tout. J’adore regarder les gens dans le métro, aller sur pinterest. Il y a des époques aussi que m’inspirent plus que d’autres. J’aime énormément la mode des années 40 et impressionnée aussi, de voir comment les gens se sont approprié la mode alors que la guerre faisait rage. Durant la guerre, faute de matière première, la plupart des grandes maisons de Haute-Couture ont fermé, ce sont donc les gens comme vous et moi qui ont créé la mode, vraiment, je trouve ça fascinant !

As-tu déposé ta marque ?

Alors, je suis bien déclarée mais, ma marque n’est pas déposée à l’INPI, pour une bonne raison, ma marque est naturellement protégée, simplement parce qu’il s’agit de mon nom et prénom. Grosso modo, mon identité étant protégée, personne ne peut créer une marque « Sophie Denys », sauf une autre Sophie Denys et là, marque protégée ou non, je n’ai pas le droit de m’opposer à une personne s’appelant Sophie Denys d’appeler sa marque de cette façon. Le seul cas de figure où je pourrais m’y opposer, c’est si cette autre Sophie Denys voulait créer une marque de patron de couture, là, la loi estimerait qu’il y a ambiguïté et que dans ce cas, c’est la première déclarée qui l’emporte.
Au niveau des patrons, mon premier modèle n’est pas non plus déposé, cependant, j’ai quand même pris mes précautions, concrètement, je me suis envoyée mon patron en courrier avec accusé de réception. L’enveloppe n’est pas ouverte, si un jour par malheur, il devait y avoir un soucis qui me porte devant un tribunal, je pourrais prouver la paternité de mes patrons ( hum, dans ce cas, est-ce qu’on dit maternité ?!)

Sous quelle plateforme as-tu créé ton site internet ? 

Tout comme mon blog, j’ai utilisé wordpress, que je fais héberger par o2witch.  WordPress intègre parfaitement le e-commerce, ça évite de se poser trop de questions techniques.
Pour autant, il existe d’autres solutions, si on veut rester dans ce qui se code, il y a prestashop ( et c’est français ). Sinon, on peut partir sur des sites comme BigCartel ou Wix, d’ailleurs, certaines créatrices utilisent ces plateformes !

Vas-tu présenter plusieurs patrons ?

Oui clairement, là pour la sortie, il n’y a qu’un seul patron, mais avec le temps, bien sûre, il y en aura d’autres !

Ce sera patron PDF ou pochette ou les 2 ? Avec marges de couture ?

Uniquement PDF pour le moment ! Honnêtement, au delà de l’investissement financier que représente la pochette, c’est surtout la mise en forme qui me gêne.
Si je prends l’exemple de Kosima, le livret explicatif fait 26 pages, j’ai 3 planches de patrons au format A0 (pour les 3 statures différentes), le guide pour bien choisir sa taille fait 9 pages.
Sachant que Kosima, rentre tout pile dans un format A0 alors que c’est une blouse manches courtes et qui ne contient pas énormément de pièces, mais forcément, ça débordera vite sur une deuxième planche A0, surtout que j’y tiens, les pièces ne se chevauchent pas.
Si le patron prend « autant » de place, c’est surtout dû au panel de tailles, du 32 au 56, 13 tailles, ça prend de la place.
Donc tout ça, ça prend énormément de papier. L’avantage du PDF, pas besoin d’imprimer le livret explicatif, on imprime juste le patron. Donc clairement, si je devais passer au format pochette, les frais seraient importants et si c’est pour avoir une pochette qui coûte le double du patron PDF, je ne vois pas vraiment l’intérêt !
Mais bon, ne jamais dire jamais !
Concernant les marges, oui elles sont incluses et les valeurs sont indiquées sur la planche.

Si PDF calques pour les différentes tailles ?

Oui, pour moi, PDF = calques, c’est obligatoire !!

Pourquoi veux-tu devenir designer ?

Alors, vous ne le savez pas, mais, après le bac, j’ai intégré une école de stylisme/modélisme en Belgique. L’institut Saint Luc de Tournai pour ne pas le citer!
J’avais également été accepté dans un BTS modélisme, mais j’ai préféré viser les étoiles (=le stylisme) en intégrant la double formation.
Je viens du Pas de Calais, j’avais donc le choix entre St Luc, BTS modélisme ou Esmod.
Esmod avait très mauvaise réputation à l’époque, je ne sais d’ailleurs pas si ça a changé et surtout c’est cher, très cher.
Donc bref, j’ai intégré Saint Luc, moi, je me voyez déjà comme une grande créatrice, je voulais faire de la Haute Couture ! hahahaha, oui, vous pouvez en rire, moi, ça me fait bien rire !!
J’ai abandonné Saint Luc au bout de 3 mois, j’ai détesté la mentalité, si j’adore le côté créatif de la mode, l’ego surdimensionné des gens qui la font, ce n’est vraiment pas pour moi . Je regrette au final de ne pas être allée en BTS mais bon, avec des si, on referait le monde. Et puis, 10 ans plus tard, créer ma marque, finalement, c’est une assez belle revanche !
Au delà de ce parcours, c’est aussi le sentiment que j’ai ressenti la première fois que j’ai vu quelqu’un portait ma blouse à volants, c’est indescriptible comme sentiment, un mélange de joie, de fierté, c’est grisant. Et vu que ce sentiment ne m’a jamais quitté, j’ai décidé de me lancer. Enfin, c’est la jupe Bonnie qui a été mon déclic, ce patron je l’adore, et surtout, je trouve le PDF vraiment propre, je me suis dis que si j’étais capable de faire Bonnie en patron gratuit, je serais vraiment capable de faire des patrons très aboutis en version payante.

N’as-tu pas peur de la forte concurrence dans les patrons indépendants ?

Oui et non. Je n’ai pas peur de la concurrence à proprement parlé. Je pense que chaque marque, chaque patron a son style, donc en gros, je pense que les gens aimeront ou n’aimeront pas ce premier patron et les suivants.
En revanche, ce qui me fait peur, c’est plutôt d’être invisible. Forcément, au plus l’offre est grande au moins on connaît de marque. En cherchant un peu, j’ai découvert des marques dont je n’avais jamais entendu parlé et, clairement, c’est ça qui me fait peur.

Y passes-tu beaucoup de temps ?

Oh oui, clairement, j’avais conscience que ça représentait un temps énorme, mais je ne pensais pas à ce point. J’y consacre absolument tout mon temps libre depuis le mois d’avril !
Bon après, c’est aussi le « début » qui prend un temps fou. Par exemple, le logo, le site … voilà, c’est fait, je n’ai plus besoin d’y revenir. Pareil une grosse partie de la mise en page de mes PDF est faite. À partir de maintenant, je vais pouvoir me consacrer exclusivement aux patrons suivants !

Comment tu fais pour travailler avec cette chaleur !?

Qu’est-ce qu’elle m’a fait rire cette question ! Le pire, honnêtement, j’ai vraiment souffert de la canicule et clairement, il y a des jours où je n’arrivais pas à travailler ! Travail + canicule, ce n’est clairement pas le bon mélange ! Heureusement, actuellement, les températures sont nettement plus agréables !

As-tu modifié ton blog pour vendre tes patrons ? Et si oui, comment ?

Non, je n’ai pas modifié mon blog puisque j’ai décidé de séparer blog et marque. Cependant, j’utilise wordpress pour les deux. Pour passer d’un blog à un site marchand, il « suffit » d’incorporer le module « woocommerce » spécialement conçu pour wordpress.

Depuis combien de temps bosses-tu sur le projet ?

J’ai commencé à y penser en avril, donc depuis quelques mois !

Pourquoi lancer ta marque de patrons ? Quelles sont les démarches pour ouvrir sa marque ?

Alors, je pense avoir plutôt bien répondu à la question. Pour les démarches, je dirais qu’il faut créer son produit et ensuite, simplement se déclarer ( statut autoentrepreneur ou autre ! )

Tu ne feras que des patrons pour femme ?

Dans un premier temps, oui. Sur le long terme, j’aimerais bien développer pour l’homme et l’enfant. Mais ce n’est vraiment pas pour tout de suite. Le truc, c’est que j’ai beaucoup d’envie, produire mon propre tissu aussi, mais bon voilà, étape par étape !

Tu comptes sortir un patron de temps en temps ou une collection par saison ?

Alors encore une fois, ne jamais dire jamais, mais je ne pense pas fonctionner en  collection. Je crois que j’ai vraiment envie de proposer patron par patron !

Quelle est ta taille de référence ?

Alors, désolée, j’ai supprimé cette question donc, je ne sais plus exactement comment elle était posé, je me souviens juste que ça faisait référence à la taille de référence !
Alors, je n’ai pas vraiment de taille de référence. Tout part du 36, parce que c’est ma taille, donc plus facile pour moi de contrôler les modifications.
Si j’ai la chance d’être assez standard au niveau de mes mensurations, pour autant, selon le patron, je vais au delà de la taille 36. Par exemple, pour Bonnie, je sais que ma taille ne correspond pas à la taille d’un 36, on est plus sur un 38. Donc, pour ne pas ajouter une aisance trop importante, j’ai vérifié Bonnie sur du sur-mesure.
Avec mon logiciel, je peux facilement basculer d’un barème de taille à un autre. Le fait d’avoir réalisé Bonnie en sur mesure me permet de mieux contrôler l’aisance du patron et son tombé global.
Je ne l’ai pas fait sur Kosima parce que je suis standard en poitrine et hanches et, comme le patron n’est pas marqué à la taille, ça ne fausse pas le résultat.
Ensuite, je travaille mes tailles par « petits groupes », concrètement, je ne peux pas appliquer la gradation du 32 à la taille 56. Le corps évolue en fonction des tailles.
Par exemple, un détail très important, la poitrine. Je ne voulais pas partir d’un bonnet défini. J’utilise donc un ratio qui évolue en fonction du tour de poitrine. Ce ratio évolue. Donc sans trop rentrer dans les détails, je fais mon buste global, je le vérifie, une fois que tout est ok, je le retravaille en fonction des tailles. Je parle de petits groupes, en gros j’ai 5 bases, 1 pour les tailles 32,34 et 36, 1 pour les tailles 38,40 et 42, 1 pour les tailles 44 et 46, une pour les tailles 48, 50 et 52 et, une pour les tailles 54 et 56. Ensuite, ça part en test et selon les retours je vois ce qu’il faut modifier ou pas.
Alors, ça représente une charge de travail vraiment importante mais, pour moi, c’est important d’avoir le travail le plus rigoureux possible.

Le temps des mercis 

Ce long très long pavé touche à sa fin, n’oubliez pas votre « petite fleur sauvage » haha
Alors merci à vous déjà, d’avoir lu cet énorme pavé ! Merci à vous sans qui,  je ne me serais jamais lancé dans cette aventure. Merci au créateur du logiciel Valentina. Merci à toutes mes testeuses. Merci aux yeux de lynx qui ont ‘mont aidé à chasser les coquilles du livret explicatif.
Enfin un merci tout particulier à Couture et Paillette, merci pour ton soutien, pour tes avis, pour les discussions jusqu’à 2h du matin ! Merci, du fond du cœur !
J’espère sincèrement que ce premier modèle vous plaira. Il est temps pour moi de reprendre ma respiration et d’appuyer sur le bouton « publier » pour que cette folle aventure commence !

384 Commentaires

  1. Catherine Favareille Répondre

    J’ai lu avec intérêt cet article…merci et bonne continuation à toi Petite fleur sauvage

  2. Bravo petite fleur sauvage ! Super projet et surtout super fille !! Bravo bravo bravo et bonne route !

  3. Wahou c’est un long article, mais un très bel article ! Il est plein de détails, tu te devoiles un peu plus à nous et ainsi on « vit » la création de ta marque avec toi 😉 même si personnellement j’étais au courant avant les autres 🙈 (surtout les conversations à 2h du matin !)
    En tout cas, j’attends avec impatience les prochains patrons, et pourquoi pas une petite culotte avec un motif de… petite fleur sauvage 😉 ahahah !

    • Haha merci à toi ! Non mais cette histoire de petite culotte, jvais commencer à y penser hein !!

  4. Intéressant ton article Et Bonne réussite Pour ta marque de patron,petite fleur sauvage

    • Merci beaucoup, j’avais envie de mettre tout ce que j’avais en tête dans cette article …. et j’ai réussi à oublier des choses haha pas grave !

  5. Et bien dis donc, quelle aventure! Je te souhaite bonne chance et cette « première » blouse est très jolie, Petite Fleur Sauvage 😉.

    • Merci beaucoup, ça m’a fait du bien d’écrire cet article, pour mieux visualiser le chemin parcouru !

  6. Félicitations petite fleur sauvage ! Je te souhaite beaucoup de réussite dans cette nouvelle aventure !

  7. Félicitations et je te souhaites une grande réussite ! Je suis moi même en train de préparer un projet et toutes ces explications sont bonnes à prendre et encourageantes !
    Alors merci petite fleur sauvage…

    • Merci beaucoup, si cet article peux aider les personnes qui souhaitent également entreprendre, je suis ravie !

  8. Félicitations pour ton travail et merci de penser aux grandes tailles. Bonne soirée petite fleur sauvage

    • Merci beaucoup ! Pour les grandes tailles, ça augmente ma charge de travail mais, je suis tellement heureuse de pouvoir proposer ce patron jusqu’au 56 !

  9. Mimoune la fée Répondre

    J’ai découvert votre blog grâce au patron généreusement offert de « la blouse à volants  » que j’ai adoré coudre. Moi qui suis nulle en informatique je suis ébahie par toutes vos prouesses. Je souhaite bonne chance à petite fleur sauvage et longue vie à cette nouvelle marque de patron !

    • Merci beaucoup ! Sans être une pro, j’ai la chance d’assez bien maîtriser l’outil informatique, ce qui est clairement un plus dans un projet comme celui-ci !

  10. J’ai tout lu petite fleur sauvage ! C’est un article très intéressant, félicitations pour cette jolie nouvelle aventure, et j’aime beaucoup le logo, bravo 😘

    • Merci beaucoup ! Contente que le logo plaise, il est très sobre, exactement ce que je voulais !

  11. Et bien ma jolie petite fleur sauvage !!!!! Ça c’est un article ! J’étais déjà époustouflée par la richesse et la fluidité de tes articles, et d’instagram mais là c’est carrément wahou !!!!!. Bravo, bravo, bravo ma jolie c’est génial tout ce travail accompli ! Je t’adresse toutes mes félicitations et je souhaite la bienvenue et une longue vie à Sophie Denys qui est un très joli nom, classe et qui sonne bien ! Tu es vraiment talentueuse, pugnace et toute jolie ! Je suis admirative… Je file sur ton site de ce pas ! A tout bientôt

    • Merci beaucoup Isabelle, ton message me touche beaucoup ! Bon, il faudra juste excuser les fautes d’orthographe dans l’article ( oui, je ne me suis relu que bien après la publication haha ) ! Et pour le nom, merci Papa, pour le prénom, merci Maman !!

  12. Ayé, j’ai acheté ton patron, petite fleur sauvage (et j’espère être la première ;-)), avant même d’avoir lu la fin de ton article…
    J’ai lu jusqu’au bout, c’est très intéressant de connaître toute ta démarche, et je suis persuadée comme toi que la formation en autodidacte ça fonctionne aussi (c’est comme ça que j’ai appris à coudre, à tricoter, crocheter, broder, etc).
    Allez, je vais voir les pdf 🙂

    • Merci mille fois, j’espère sincèrement que le patron et ses annexes te plaisent !
      Et oui, on peut apprendre tellement de choses en autodidacte, il suffit de le vouloir. Et puis, mine de rien, j’y vois un avantage, une personne autodidacte en fait souvent plus qu’une personne dont c’est le métier de formation. Non pas que les professionnels se cachent derrière leur formation hein, juste qu’une autodidacte aura beaucoup plus à prouver !

  13. Super article, tout est très intéressant. Je suis très sensible au fait que tu proposes tes patrons en plusieurs statures, parce que faisant partie des moins de 1,60m c’est assez compliqué de trouver des vêtements ou des patrons à la bonne longueur donc merci pour ça ! Etant une grande débutante je suis ravie que tout soit très détaillé ! Et vraiment félicitations pour tout le travail fourni 🙂
    PS: Petite fleur sauvage 😛

    • Merci beaucoup, je suis vraiment ravie que la déclinaison en différentes statures plaise, c’était vraiment un gros pari pour moi, vu que ça me prend beaucoup plus de temps qu’une seule stature, donc, vraiment si cette démarche est appréciée, c’est tout mon bonheur !

  14. Félicitations !!! Un très beau projet et une belle revanche ! petite fleur sauvage 😉

    • Merci beaucoup, et effectivement, je l’espère que ça sera une belle revanche ! Ne jamais rien lâcher, jamais !

  15. Wahouuu quel article !!! Comme toi je pourrais être une petite fleur sauvage car je suis née le 21 mars et fleuriste en plus ! 😉 Félicitations pour ce lancement et longue vie à ta marque ! 😗😗

    • Hey hey ! Selon les années, le printemps tombe un 21 mars, même si là, il va falloir attendre l’année 2102 pour que ça tombe un 21 mars 😀 ( même qu’en 2044, ça tombera un 19 mars ! ) … c’était l’instant wikipedia haha
      Merci en tout cas !

  16. Bonjour petite fleur sauvage ! Alors d’abord bravo pour ce lancement c’est très impressionnant et inspirant aussi ! Je suis ravie d’avoir retrouver la réponse à ma question (quoi de plus que les autres ? ) Et je ne m’attendais du tout a ça , mais j’ai adoré ta réponse et maintenant que tu l’a écris je pense que tu as totalement raison. Je vais essayer de revoir ma façon de penser sur le sujet ! Du coup merci pour ta sincérité , merci pour ton énergie , merci pour les grandes taille de petite stature 😉 merci et bravo !

    • Merci beaucoup, cette question, je l’ai tellement retourné dans tous les sens, alors, j’ai hésité à y répondre sincèrement, et puis, c’est le principe même sur le blog ( comme sur instagram ), dire ce que je pense vraiment ! Contente que tu aies apprécié la réponse qui effectivement, j’imagine, n’est pas celle à laquelle on s’attend haha

  17. Beau premier aboutissement que ce patron Petite Fleur Sauvage ! Question : pensez vous publier les photos des realisations des testeurs ? Merci et longue vie à la marque Sophie Denys ! ☺

    • Merci beaucoup !! Pour les versions des testeuses, nombreuses sont actuellement en vacances, mais, si certaines publient leur créations sur les réseaux et, qu’elle m’autorisent à partager alors, oui, je vous montrerai avec grand plaisir !

    • PS il y a un décalage d’une heure entre l’heure de Paris et l’heure du serveur, mon commentaire ci dessus est affiché comme poste il y a 60 minutes alors que je viens de le faire.
      Rien de bien grave, mais à checker à l’occasion si tu as un peu de temps, soit dans la config de WordPress soit dans celle du serveur sur lequel tu héberges le site et sa base de données

      • Merci beaucoup, effectivement, le blog n’était pas sous le bon fuseau horaire, mais, c’est corrigé 😀

  18. Petite Fleur Sauvage 🌸🏵️🌹🥀🌺🌻🌼🌷 (oui j’ai mis tous les émoticones de mon tél !! 😂) je te suis sur Insta j’attendais le Grand Jour, je ne suis pas déçue il est top chouette ton top ! 😍 Je te souhaite bon vent, avec de grandes bouffées d’émotion et le plus de satisfactions que tu puisses attendre. Des bises de CHANCE 😘🍀

    • Merci beaucoup, contente que le modèle plaise !! Je relâche enfin la pression haha

  19. Marie-Jose CAYRE Répondre

    Bravo à notre « Petite fleur sauvage » pour son courage et sa ténacité. Merci aussi pour ta générosité en pensant à toutes les femmes (les petites, les rondes, les grandes, les très minces, celles qui ont beaucoup de poitrine et celles qui n’en ont pas assez… j’en ai oublié ?…) qui ont envie de se faire belle et non pas de prendre le moins moche qu’elles peuvent trouver. Merci et bonne chance pour la suite 🙂

    • Merci beaucoup pour cet adorable commentaire, je suis ravie que cette démarche plaise !

  20. Bonsoir petite fleure sauvage
    J ai tout lu. D un seul coup , car très intéressant.
    Magnifique travail
    Bon courage 😉

  21. Je crois qu’il y aura des Petites fleurs sauvages jusqu’au Canada! Merci pour ce partage et cette transparence dans ta démarche, c’est tout à ton honneur et bon succès à ta marque!

    • Merci beaucoup !! Ça m’a tellement fait de bien d’écrire cette article, ça me permet de voir le chemin parcouru !

  22. Elinora Aronile Répondre

    Je viens de lire cet article qui était vraiment très intéressant. Je tenais à te féliciter petite fleur sauvage 😉. Quel courage et quel travail ! Tu es en train d’accomplir un rêve que j’adorerais réaliser mais je ne suis encore qu’un bébé en couture. Alors je te dis merci de me faire rêver et merci d’avoir été aussi précise dans les différentes étapes de la création de ton entreprise. J’adore ton patron qui est splendide et très féminin. A mon humble avis je pense que ton bébé va grandir et devenir grand. J’attends de voir cela avec impatience 😊

  23. Bravo Sophie pour ce travail! Je te souhaite toute la réussite possible avec ce beau projet 🙂
    J’en profite pour te demander si tu connais des marques de tissus avec…des petites fleurs sauvages ?!

  24. bravo pour beau bébé ! 😍 je suis déjà fan de ce top 👏👏
    quelle belle aventure, cette nouvelle marque je te souhaite une belle réussite 🍾 et plein de petites fleurs sauvages

    • Merci beaucoup et merci pour ta commande, j’espère que le patrons et ses annexes te plairont !!

  25. Merci pour ce patron multiples tailles en largeur, hauteur, 3 encolures et 3 manches tout ce que j’ai envie ! Je te souhaite une merveilleuse réussite ! Bienvenue à ton « kosima » ainsi qu’aux prochains patrons ! Bravo « petite fleur sauvage »

  26. Christelle DE HARO Répondre

    Super Petite fleur sauvage !! Et je te souhaite beaucoup de réussite dans cette nouvelle aventure !!

  27. Encoreuneetoile Répondre

    Un bien joli projet , bcp de réussite et de bonheur pour toi fleur sauvage 🌺

  28. Coucou petite fleur sauvage
    Je suis ravie de voir ta progression et enfin tu as sauté le pas.
    Bravo et bonne continuation de cette aventure
    PS: ce qui me plait c’est que dans ton patron ,tu as essayé d’avoir un plus large public et rien que pour ça ,tu mérites de réussir .

    • Merci beaucoup, effectivement, j’ai pris mon courage à deux mains et go, c’est parti !!

  29. Déja fan de vos patrons. La blouse à volants connait plusieurs versions chez moi. Je l’adore !
    Merci pour cette nouvelle aventure
    J’oubliais »petite fleur sauvage… »
    À bientôt

    • Merci beaucoup !! Pour la blouse à volants, j’espère pouvoir proposer la version corrigée d’ici la fin du mois !! On va essayer !

  30. Bonjour Petite Fleur Sauvage !
    C’était long mais très intéressant. Ce patron me plait bien, il se pourrait que ce soit mon prochain ouvrage!
    Bonne continuation!

    • Merci beaucoup ! Effectivement l’article est vraiment long, mais j’avais tellement de choses à dire !

  31. Quel travail ! Ça a été très intéressant de tout lire, de voir l’envers du décor. Félicitations pour le lancement de ta marque, je vois que tu t’es appliquée pour que chaque détail soit « parfait ». Je te souhaite une très belle aventure petite fleur sauvage 😉

    • Merci beaucoup, j’ai effectivement essayé de penser à chaque détail. Je sais que ce n’est pas parfait mais, je sais que j’ai donné mon maximum 😀

  32. Hey petite fleur sauvage, quel joli projet et quel travail, toutes mes félicitations et merci pour cet article si bien détaillé 🙂

  33. Un article bien intéressant Petite fleur sauvage ! Un peu long mais instructif. Je te souhaite bon courage et braucoup de chance pour ces projets à venir !

    • Merci beaucoup, effectivement, c’était long, initialement, je ne pensais pas faire aussi long

  34. Béatrice Messaoudi Répondre

    Bravo à vous petite fleur sauvage 😉
    Et quel parcours ! C’est toujours intéressant de connaître les dessous d’une démarche créative ! Longue vie à votre marque ! Et si un jour vous trouvez le temps, Vous pourrez jeter un œil du côté du financement participatif. Ça apporte un soutien financier (je contribue de temps en temps), et beaucoup beaucoup beaucoup de visibilité !!!

    • Merci beaucoup. J’y avais pensé, au financement participatif mais, je ne trouvais pas ça pertinent pour le projet que j’avais. Par contre, je n’exclu pas de m’y intéresser un jour, si je lance un projet plus gros, nécessitant davantage de moyens.

  35. Merci pour toutes les « hors normes ». C’est une bonne chose, et justement le fait de ne pas trouver de vêtements à sa taille ou morphologie incite à coudre. Le logo est joli, j’aime bien le contraste des deux lettrages même si je trouve celui du nom un peu maigrichon…
    Pour la photo : il n’y a pas besoin d’un équipement énorme mais il faut une distance plus grande que celle que tu as mise entre modèle et fond. Cette distance qu’on ne voit pas vraiment donne l’impression de volume, c’est ce coté plaqué contre le fond qui fait amateur. Comme fond, un seul gris moyen en 3 m X6 (pour le dérouler au sol) fait très bien l’affaire : on le suréclaire par rapport au sujet pour un fond clair, sous-éclaire pour un fond sombre, et si on veut de la couleur on met une gélatine sur la lampe.

    • Hello, oui, par rapport aux photos, c’est pour ça que je parle d’acheter un stand photo, pour pouvoir avoir un fond avec une taille conséquente. Là mon fond faisait 150 cm de largeur, difficile donc d’avoir du recule. Après, bon, je suis limitée par défaut j’ai un tout petit salon (3m, c’est la largeur de mes murs haha). Mais, je suis d’accord avec toi. Sauf que pour le moment, un fond + un stand, ça coûte une bonne centaine d’euros et, je ne les ai pas.

  36. Félicitations pour cette nouvelle aventure que vous avez choisi de vivre et surtout pour tout le travail et l’investissement personnel que vous n’avez pas hésité à faire,Petite Fleur Sauvage :).
    J’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire et vous souhaite une belle réussite.

  37. Bravo Petite Fleur Sauvage !! Je suis admirative de votre travail, votre volonté et persévérance. Une personne aussi inspirante que vous permet aussi d’éclairer le chemin des autres, continuez à nous prouver que tout est possible quand on y croit !! Bonne route :):)

  38. Je suis contente d assister à l éclosion d une petite fleur sauvage! Je suis moi même autodidacte dans plusieurs domaines en plus de la couture et je suis ravie de voir où cela peut mener. J attend avec impatience l article sur les différents modes de patronage. Et en attendant je vais aller jetter un oeil et pas que….sur ton site. Bonne continuation petite fleur, pas si sauvage!

    • Merci beaucoup ! Honnêtement, je trouve ça dommage qu’on ne mette pas plus en avant les autodidactes, pour le coup, ce « dédain » des autodidactes est très « français » haha

  39. Formidable petite fleur sauvage !! Oui, je vous ai lue jusqu’au bout, car ayant téléchargé vos 2 patrons de blouses gratuits et réalisé déjà 3 blouses à volants (ben oui, quand on aime, hein…) je ne pouvais que rendre hommage à votre créativité en lisant l’intégralité de ce que vous avez pris la peine de nous expliquer avec tant de passion (et de d’humour aussi !)
    Bravo de vous lancer sur ce segment certes concurrentiel, mais proposer des patrons en de si nombreuses tailles et en plus en 3 statures, c’est vraiment une très bonne idée et peu de créateurs(créatrices y ont pensé. Vous devriez donc rencontrer votre public. Bref, je souhaite (très) longue vie à votre marque et surtout plein de nouveaux modèles !!!
    En attendant, comme votre petite blouse Kosima me plait, je vais acheter le patron !

  40. Bravo Petite fleur sauvage… une sacrée belle histoire que je vais continuer de suivre avec intérêt. J’ai commencé la couture il y a un an et j’ai adoré faire la blouse à volant. Bon vent à vous dans cette nouvelle aventure.

  41. Angélique Bailly Nègre Répondre

    Petite fleur Sauvage, moi je fais 164 cm. Comment on fais ? 🤣
    Félicitations pour acharnement.
    Bonne route 🤞

    • Haha, si on fait 1m64 et bien, on arrête la couture, ha ha non je déconne.
      En fait, au delà de la stature globale, il faut voir la hauteur du buste et la hauteur des jambes.
      Par défaut, si en règle générale, tu as les hauts qui tombes bien (bonne longueur des manches, bonne longueur du haut, bonne hauteur de pince …) c’est que tu as un buste « standard ».
      En revanche, si tu dois souvent raccourcir les manches, remonter les pinces poitrines …, c’est que tu dois avoir un buste plus court (donc stature 160cm) et, il est même possible d’avoir un long buste et dans ce cas, devoir utiliser la stature 176cm (ce dernier cas étant plus rare pour les personnes de ta stature mais, pas impossible pour autant)

  42. Bonjour Sophie. C est avec un grand intérêt que j ai pu lire ton article. J aime beaucoup le style de tes vêtements et j ai hâte de découvrir de nouveaux modèles!Toutes mes félicitations et une longue vie à ta marque petite fleur sauvage!
    Aurélie

  43. Bravo d’avoir eu le courage de te lancer ainsi, petite fleur sauvage!
    Je n’ai qu’une seule remarque : tu devrais ajouter tes patrons gratuits dans la boutique de ton site pro. Je trouve toujours reconfortant de pouvoir tester sans risque une marque qu’on decouvre… et puisque tu as deja fait l’effort de creer ces patrons, capitalise dessus!

    • Merci. Oui, effectivement c’est prévu. Mais honnêtement, mise à part Bonnie, je ne suis pas fière de Laurel ni de la blouse à volants … ces deux patrons devant de toute façon être corrigés. Et au delà du patron en lui même, ça impose de faire le même travail que pour la blouse Kosima. A savoir, proposer un livret explicatif, faire les 3 statures, faire les tests … donc, c’est un peu de travaille. Je sais d’avance que je ne mettrais pas les 3 patrons sur la boutique, mais je pense choisir la blouse à volants qui sera donc effectivement sur la boutique, en version gratuite.

  44. Bravo pour cette belle aventure de petite fleur sauvage. Et merci de nous en faire partager les dessous !
    Bonne chance !

  45. Finalement petite fleur sauvage aurai clairement pu être le nom de ta marque 😉 j’adore ton patron kosima ! Il est superbe et je compte bien me l’offrir celui là ! Félicitations pr cette belle aventure ! longue vie à ta nouvelle vie ! Bonne continuation !
    Une nouvelle fan !

  46. Waouw ! BRAVO et félicitations pour tout ce travail ! En apprendre autant pour mener à bien un projet bravo ! Très joli patron ! Bonne continuation Petite fleur sauvage.

Ecrire un commentaire